Top 5 des nouvelles de l’industrie – Édition Q1 2023

Auteur
Joanna Sikorska
30.03.2023
8 min de lecture
Top 5 des nouvelles de l’industrie – Édition Q1 2023
Résumé
Table des matières

  • Le plus grand impact sur le monde du commerce a certainement été la réouverture de la Chine.
  • La guerre entre la Russie et l’Ukraine continue d’entraîner des changements dans les prix des produits.
  • La grippe aviaire et la peste porcine africaine ont eu un impact sur l’augmentation du prix des œufs et la réduction de la demande d’aliments pour animaux.
  • Les sécheresses prolongées en Argentine entraînent une réduction significative des volumes de récolte prévus.
  • Le nouveau décret mexicain remet en question sa demande d’importations de maïs, ce à quoi s’opposent les États-Unis.

L’industrie du commerce est l’un des secteurs de l’économie qui évolue le plus rapidement. Un certain nombre d’événements récents ont affecté la dynamique de ces changements. Il vaut la peine de se tenir au courant, c’est pourquoi nous présentons dans cet article un résumé des cinq nouvelles les plus importantes de l’industrie du commerce. Ne manquez pas de lire la suite !

La Chine revient dans le jeu



Le monde s’est arrêté en 2020, et c’est en Chine que tout a commencé. C’est là que les premières infections par le coronavirus ont été signalées, provoquant un blocage mondial. Bien que la plupart des pays fonctionnent relativement normalement depuis un certain temps, la Chine est restée bloquée. Finalement, après presque trois ans, la Chine a rouvert ses frontières, ce qui a eu un impact considérable sur le monde du commerce. On pourrait dire que cette réouverture est le plus grand événement économique de l’année.

Pour les entreprises, qu’elles soient petites ou grandes, la possibilité de vendre à nouveau des marchandises sur l’immense marché chinois revêt une grande importance et influe sur les conditions macroéconomiques dans le monde entier. La réouverture de la Chine réduit le risque de perturbations soudaines dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et contribue à renforcer modérément la demande mondiale.

D’un point de vue positif, l’augmentation des niveaux de consommation peut stimuler la demande d’exportation dans d’autres pays. Toutefois, d’un autre côté, l’augmentation de la production industrielle en Chine entraîne une hausse de la demande de combustibles, ce qui peut provoquer un nouveau choc sur les prix de l’énergie. 

L’alimentation comme arme


La situation du marché est constamment influencée par la guerre entre la Russie et l’Ukraine. En effet, la Russie et l’Ukraine ont été d’importants fournisseurs mondiaux de denrées alimentaires, et la Russie est par ailleurs un important pays exportateur d’engrais. Toutefois, en février de l’année dernière, à la suite de l’invasion russe, l’accès de l’Ukraine aux ports de la mer Noire a été bloqué par les navires de guerre de l’envahisseur. En retour, la Russie a reçu de sévères sanctions de la part des pays occidentaux pour avoir envahi l’Ukraine.

Alors que l’on craint une exacerbation de la crise alimentaire mondiale, un accord a été conclu pour permettre l’exportation en toute sécurité des céréales ukrainiennes à travers la mer Noire. Le ‘corridor céréalier’, un accord entre la Russie et l’Ukraine conclu avec la Turquie, a été créé pour permettre à l’Ukraine d’exporter plus de 20 millions de tonnes de céréales et d’autres produits alimentaires à partir du mois de juillet. Cependant, à chaque fois que l’accord devait être prolongé, la Russie y mettait des conditions. En échange de son accord, elle a exigé que ses propres exportations soient débloquées, bien que les exportations de denrées alimentaires et d’engrais en provenance de Russie ne fassent pas l’objet de sanctions. Cependant, un accord a été signé dans lequel l’ONU s’engageait à soutenir les exportations russes de denrées alimentaires et d’engrais. Les autorités de Moscou ont alors continué à affirmer que les restrictions en matière de paiement, de logistique et d’assurance entravaient les expéditions.

Toute évolution liée à des changements dans l’accord sur les céréales a un impact sur le marché. Les discussions difficiles sur la poursuite de l’accord sur les céréales à l’automne ont fait grimper les cotations du marché agricole. De même, lorsque la Russie s’est temporairement retirée de l’accord, les prix du blé et du maïs sur les marchés mondiaux ont augmenté de manière significative. Le maintien du corridor céréalier atténue naturellement la hausse des prix des produits de base.

La grippe aviaire (et pas seulement)


La grippe aviaire s’est récemment révélée être un problème majeur pour les producteurs. Selon les experts, les oiseaux sauvages sont les principaux responsables de la propagation du virus. L’épidémie de grippe aviaire a débuté en 2022, mais on peut désormais parler de pandémie : elle s’est propagée dans le monde entier et la situation devient de plus en plus grave.

C’est dans les Amériques que la situation est la plus grave. La pandémie a débuté il y a près d’un an aux États-Unis, mais la fin n’est malheureusement pas en vue. L’État du Colorado, par exemple, a perdu plus de 90 % de ses poules, ce qui ne peut signifier qu’une chose : l’augmentation du prix des œufs. Le produit est devenu deux fois plus cher, il est même devenu un produit de luxe, mais cela n’a pas arrêté les consommateurs : les œufs ont disparu des rayons des magasins. Au Pérou, la situation n’est pas très réjouissante non plus. Là-bas, non seulement les oiseaux tels que les pélicans, les mouettes et les pingouins meurent, mais aussi les lions de mer. De plus, des cas de grippe aviaire sont apparus chez l’homme. Cependant, il n’y a aucune preuve de transmission du virus d’homme à homme et, pour l’instant, on ne craint pas une nouvelle pandémie chez l’homme.

Le déclin de la population de volailles n’est pas le seul problème : les porcs tombent également malades, victimes de la peste porcine africaine. Le déclin de la population animale a un impact sur la réduction de la demande de céréales fourragères.

La situation en Argentine est la pire depuis 60 ans


 L’Argentine connaît sa pire sécheresse depuis plus de 60 ans, ce qui entraîne une réduction significative des rendements prévus et des réductions fréquentes et importantes des prévisions de récolte. Il s’agit d’un énorme défi pour le commerce mondial, car ce pays d’Amérique du Sud est l’un des principaux producteurs et exportateurs mondiaux de céréales, en particulier de produits de base clés tels que le soja, le maïs et le blé. On estime que la production de blé en 2023 sera inférieure de moitié à celle de la saison 2021-22.

Ce n’est pas le seul phénomène météorologique anormal qui se produit dans le monde : l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Asie du Sud-Est ont connu des inondations record, tandis que le Canada et les États-Unis ont connu des hivers froids et enneigés. Bien que l’Australie soit en passe de réaliser une récolte de blé record, toute nouvelle pluie pourrait nuire à la qualité de la récolte. Les experts relient principalement tous ces événements météorologiques à un phénomène atmosphérique et océanique : La Niña. Il s’agit d’une anomalie météorologique qui se produit de manière assez cyclique, mais qui, cette fois-ci, s’est prolongée pendant trois ans, alors qu’elle dure habituellement entre neuf et douze mois.

Les cultures, en particulier le maïs, n’ont pas été les meilleures en 2022, ce qui a accentué la pression sur la récolte de 2023. S’il est probable que La Niña touche lentement à sa fin, cela ne signifie pas pour autant la fin des problèmes. Selon les prévisions, une autre anomalie météorologique – El Niño – devrait arriver à la mi-2023. Cela signifie qu’une sécheresse accablante arrivera en Australie, avec la menace de feux de brousse. En Amérique du Sud, en revanche, au lieu d’un temps frais et sec, les habitants seront confrontés à des pluies de mousson continues. Nous ne tarderons pas à savoir quelles seront les conséquences sur les récoltes.

Quelles sont les prochaines étapes de l’USMCA ?


Le Mexique a prévu d’interdire progressivement l’utilisation de maïs génétiquement modifié d’ici au 31 janvier 2024, ce qui remet en question la nécessité pour le Mexique d’importer du maïs, ce qui a suscité l’opposition des États-Unis. Environ 90 % du maïs cultivé aux États-Unis est justement génétiquement modifié.

Les fonctionnaires américains critiquent les projets mexicains qu’ils jugent non scientifiques et avertissent que toute restriction sur le maïs génétiquement modifié pourrait conduire à un conflit commercial global dans le cadre de l’USMCA. Certains experts du secteur craignent que les restrictions imposées par le Mexique au maïs génétiquement modifié n’incitent d’autres pays à adopter une approche similaire, ce qui entraînerait une perturbation du commerce mondial du maïs. Ils affirment que si la biotechnologie est restreinte, la production de maïs diminuera et le coût des denrées alimentaires augmentera.

La situation est dynamique : le Mexique, sous la pression des États-Unis, a modifié son décret et la date limite pour l’interdiction du maïs génétiquement modifié destiné à l’usage industriel et à l’alimentation animale, qui représente une part importante des importations de maïs des États-Unis, a été supprimée.

Les autorités américaines ont demandé des consultations. Il s’agit de la première étape d’un processus qui pourrait amener les États-Unis à déposer une plainte officielle contre le Mexique. Le Canada est également préoccupé par le fait que le Mexique ne respecte pas le pacte commercial de l’USMCA.

Ce n’est pas le seul problème auquel sont confrontés les États signataires de l’USMCA. Les tensions de longue date entre les partenaires commerciaux au sujet de l’industrie laitière protégée du Canada se font toujours sentir. Les États-Unis souhaitent résoudre les différends commerciaux concernant les quotas laitiers canadiens et accusent le Canada de ne pas respecter ses engagements d’ouvrir le marché aux producteurs américains.

Vous voulez en savoir plus ? Abonnez-vous à la lettre d’information de Foodcom S.A. !


La situation du marché commercial est très dynamique en ce moment, avec de nombreux facteurs qui influencent les prix. La réponse est simple : si vous souhaitez rester informé, abonnez-vous à la lettre d’information de Foodcom S.A., qui fournit de précieux conseils et des analyses de marché sur les matières premières et la situation mondiale. Cela vous permettra de rester à l’affût des tendances et de prendre des décisions commerciales intelligentes. Inscrivez-vous dès aujourd’hui et ne manquez aucune information importante !
En savoir plus sur « Caséine Acide »
Acid Casein
0%

Abonnez-vous à notre Newsletter pour en savoir plus sur nos produits