Rapport sur le marché mondial des céréales fourragères

Auteur
Foodcom Experts
01.09.2021
9 min de lecture
Rapport sur le marché mondial des céréales fourragères

Nous vous présentons les faits marquants du marché des céréales fourragères dans le monde entier. Découvrez les conditions météorologiques difficiles qui affectent les récoltes et font grimper les prix du blé, des céréales et du maïs. Voyez aussi comment les gouvernements et les agriculteurs du monde entier gèrent la situation.

 

Mauvais temps, baisse de la production et prix record

La production de blé dans le monde entier est confrontée à une série de défis, le plus grave étant les conditions météorologiques défavorables, allant des inondations aux sécheresses. Le marché mondial du blé ne cesse d’observer une volatilité des prix, avec des chiffres nettement plus élevés que lors des saisons précédentes. Les prix du blé ont atteint un niveau record à la mi-août 2021, à 333 dollars la tonne, alors que la production mondiale connaît un recul. Le rendement révisé du blé pour la Russie est en baisse de 15 %, à 72,5 millions de tonnes pour la campagne de commercialisation 2021/2022. La baisse de la production est due à des conditions météorologiques difficiles en février et mars, y compris des épisodes de gel et de dégel. La récolte de blé canadienne devrait être la plus faible depuis plus de 10 ans, avec 24 millions de tonnes, en raison de la détérioration de la sécheresse en juillet. Les prévisions de rendement du blé en 2021 dans l’UE ont également été revues à la baisse, passant de 5,82 tonnes par hectare à 5,75 tonnes, en raison des pluies fréquentes. En Australie, en revanche, les estimations de la production de blé ont été augmentées de 1,5 million pour atteindre un total de 30 millions pour la saison 2021/2022. Fin août, le prix à l’exportation du blé fourrager était de 410 AUD la tonne, soit une hausse de 33 % par rapport à la même période de l’année dernière.

Situation du marché du maïs

Les prix mondiaux du maïs sont également beaucoup plus élevés cette saison, avec un pic au début du mois de mai à environ 320 dollars par tonne. Depuis lors, les prix ont progressivement diminué, les chiffres récents pour la fin du mois d’août étant de 252 dollars par tonne. Les conditions météorologiques défavorables au Brésil devraient continuer à faire grimper les prix du maïs. Les estimations de production sont revues à la hausse pour l’Ukraine en raison de projections de rendement plus élevées et pour la Russie en raison de l’augmentation de la superficie cultivée. La production générale de maïs de l’UE est revue à la baisse en raison de la diminution des chiffres pour la Hongrie, la Bulgarie et la Roumanie, tandis que des projections plus élevées concernent la Croatie, la France et l’Allemagne. La Bulgarie et la Roumanie représentent environ 28 % de la production de maïs de l’UE, et les récentes sécheresses dans la région causées par la vague de chaleur de l’été pourraient avoir un impact négatif sur la récolte.

Orge

Les estimations de la production mondiale d’orge sont revues à la baisse, avec notamment des projections de production plus faibles pour le Canada, la Turquie et la Russie, tandis que des rendements plus élevés sont attendus en Ukraine, au Maroc et en Australie. Le prix à l’exportation de l’orge fourragère australienne à la fin du mois d’août était de 344 AUD la tonne, soit une hausse de 33 % par rapport à la même période de l’année dernière. Les estimations de la production d’orge de l’UE sont également revues à la baisse, mais le rendement est relevé à 4,99 tonnes par hectare, contre 4,86 tonnes estimées en juillet. Au Royaume-Uni, environ 90 % de l’orge d’hiver a déjà été récolté, avec un retard dû au printemps froid.

Comment les agriculteurs font-ils face à l’augmentation du coût des aliments pour animaux ?

Malgré l’augmentation du coût des aliments, les projections américaines pour la production laitière en 2021 devraient augmenter de 2,1 % en raison de l’augmentation du nombre de vaches et de l’amélioration des performances des animaux. Le prix du lait aux États-Unis devrait augmenter de 3,9 % en raison de la hausse des coûts du fourrage.

Asie et Océanie

En Chine, la pénurie de maïs a poussé le pays à augmenter ses achats de céréales jaunes, notamment de maïs, de sorgho et de blé. En outre, le gouvernement a autorisé l’importation de poudre d’orge de qualité fourragère en provenance du Kazakhstan afin de soutenir l’offre nationale. Bien que les prix du maïs sur le marché chinois aient diminué de 12 % par rapport aux chiffres records de mai, ils restent nettement plus élevés qu’au cours de la même période en 2020.

En Asie du Sud-Est, les fabricants d’aliments pour animaux sont contraints de réduire leurs importations de blé en raison des prix records. Une partie de cette demande est remplacée par de l’orge fourragère australienne, et de fortes augmentations des commandes en provenance d’Australie sont observées dans plusieurs pays de la région. Les Philippines ont importé 109 659 tonnes métriques du produit australien entre octobre 2020 et juin 2021, soit une multiplication par près de dix par rapport à l’ensemble de la campagne de commercialisation 2019/2020. Le Vietnam a importé environ 422 000 tonnes métriques d’orge australienne cette saison jusqu’en juin, contre 20 000 tonnes métriques au cours de la même période l’année dernière, devenant ainsi le quatrième plus grand acheteur. La Thaïlande et l’Arabie saoudite sont d’autres grands importateurs d’orge australienne.

Problèmes au Moyen-Orient

En raison du coût du fourrage et de sa disponibilité limitée, les agriculteurs iraniens se tournent vers le marché libre. Nombre d’entre eux sont contraints de déclarer faillite ou d’abattre des animaux, ce qui fait craindre une grave pénurie de bétail dans un avenir proche. Les chefs d’entreprise iraniens critiquent le ministère de l’agriculture Jihad pour sa décision de ne pas payer les droits de douane sur 3 millions de tonnes de céréales importées qui sont toujours bloquées au port maritime.

Situation en Europe

Face aux inquiétudes exprimées par plusieurs États membres de l’Union européenne lors de la réunion des ministres de l’agriculture en juillet, le commissaire européen à l’agriculture a assuré que les prix des aliments pour animaux devraient baisser et que les subventions de la politique agricole commune (PAC) parviendraient aux agriculteurs en cas de crise des prix. Les États membres s’inquiètent de l’augmentation de 25 à 60 % des prix internationaux des aliments pour animaux, notamment de la farine de soja, du blé, de l’orge et du maïs. En Croatie, les coûts de l’alimentation animale sont les plus élevés depuis sept ans. Cette situation a contraint le pays à se tourner vers la Commission européenne pour obtenir une aide financière. En revanche, les agriculteurs irlandais profitent de la hausse des coûts de l’alimentation animale grâce à leurs systèmes de production compétitifs basés sur l’herbe. Si l’on compare l’évolution des prix des produits et des intrants agricoles, les agriculteurs enregistrent une hausse de 4,5 % par rapport à l’année précédente, en raison de l’augmentation des prix du lait, de la viande bovine et des ovins.

En savoir plus sur « Farine de Sang de Volaille 88% »
Poultry Blood Meal 88%
0%

Abonnez-vous à notre Newsletter pour en savoir plus sur nos produits